The Else World


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nicodème Marshall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nicodème Marshall
Pion
avatar

Nombre de messages : 8
Clan : La Sphère
Date d'inscription : 03/10/2008

Zone mutant
Nom de code:
Humeur:
10/10  (10/10)
Calpin:

MessageSujet: Nicodème Marshall   Sam 4 Oct - 5:07

Informations Personnelles



[*] Nom
: Marshall, comme son grand-père aviateur pendant la guerre de... hum... inutile.

[*] Prénom
: Nicodème.


[*] Âge
: 19 ans
Date de naissance : 11/11/1989
Groupe Sanguin : AB+


[*] Sexe
: masculin
Nationalité : française

[*] Langue(s) parlée(s)
: français et anglais (à cause du grand-père) ainsi qu'un peu de roumain.


[*] Clan
: la Sphère.

[*] Emploi
: Il a toujours voulu être professeur de français, mais dans ce trou paumé qui n'est pas colonisé par l'Education Nationale, il fait des petits boulots, et vole ce qu'il ne peut pas s'acheter. La Sphère le finance aussi un peu...

Voix : Légèrement éraillée, assez grave et pas toujours aimable. Sa diction est toujours excellente, mais on ne peut pas en dire autant du vocabulaire.
Parfum : Rien de particulier.
Objet Fétiche : Ah... bonne question... auquel il est impossible de répondre sans faire de jaloux.
Chiffre chanceux : Il n'a pas de chance.
Alcool : oui.
Drogues et cigarettes : Les drogues, il évite. Le tabac... oui mais pas assez pour répandre une odeur de tabac froid.
Couleur préférée : toutes, c'est à dire le noir.
Saison détestée : Le printemps.
Le pouvoir qu'il aurait voulu posséder : Voler ou être invisible... Quelque chose de classe, quoi !!!
Ne s'ennuie pas de : Son ancienne voisine de cité U.
Hobbie(s) : Parler. Lire. Parler de ses lectures. Lire des discours. Ecouter de la musique. Traîner dans les bars. Etc...
Maladie(s) : Non.

Pouvoir




Nom de Code:
Description du pouvoir : On pense que le verbe "animer" vient du latin "anima, ae" qui signifie l'âme ou la vie. Animator, oris, est donc celui qui donne la vie. Et bien c'est exactement ce que Nicodème fait. Il donne vie à ce qui n'en a pas, avec plus ou moins de succès, car il ne s'agit pas d'une matière prévisible.
Il est beaucoup plus facile d'animer un objet usuel qu'un rocher, plus utile de donner vie à un sabre qu'à une brosse à dent, mais ce n'est pas toujours ce qui se passe. L'inanimé se divise en d'inombrabres catégories, et certaines différences sont très importantes. Plus la "chose" a été transformée par l'homme, plus elle est réceptive au don de Nicodème. Et cela est encore plus vrai avec les objets uniques, fabriqués avec amour et non à la chaîne. Au contraire, quelque chose de minéral, des pierres ou du sable par exemple, demande une énergie considérable au mutant. Et plus c'est massif, plus c'est dur, pour simplifier. Sans compter les appareils électroniques, qui prennent rapidement vie, mais qui ne sont pas très fiables.
Si vous lui demandez comment il procède, il vous répondra qu'il n'en sait rien. Mais il lui faut un certain temps avant d'animer quelque chose. Plusieurs minutes, sans interruption, car il accorde toute son attention au récepteur de son pouvoir. L'avantage, c'est qu'une fois cette tâche accomplie, il n'a jamais à la répéter. À moins bien entendu qu'il n'ait ordonné à la chose de reprendre son état originel, mais il ne maîtrise pas encore très bien cette fonction, à son grand damn.
Dans le meilleur des cas, l'objet animé parle comme vous et moi, et à tout le monde. Même si Nicodème a une relation particulière avec eux, ils n'en font en général qu'à leur tête. Ce qui lui appartient est en général très dévoué, les objets sans propriétaires, dociles, mais le reste est très difficile à convaincre. Surtout qu'ils sont tous capable d'initiatives, même s'ils sont limités par leur fonction première et ce qu'il savent de leur environnement. Car oui, ils ont une conscience aigüe de ce qui les entoure, et un avis bien à eux, qu'ils sont prêts à révéler à qui voudra bien tendre l'oreille...

Force(s) : Les objets peuvent lui apprendre beaucoup sur leur propriétaire, en particulier s'ils sont mal traités. Ceux qu'il anime peuvent agir seuls, et lui accordent une attention proportionnelle à celle qu'il leur donne, ce qui fait que certains objets familiers peuvent le défendre sans qu'il leur donne d'ordres. S'il n'est pas présent depuis longtemps, son oeuvre semble s'assoupir, mais il suffit qu'il repointe le bout de son nez pour qu'ils retrouvent leur vigueur première. Son don peut-être utilisé en de nombreuses occasions, et demande moins d'énergie que d'attention. Mais pour cela, il lui faut quand même avoir le contrôle de sa voix.

Faiblesse(s): Ils sont capricieux. Ils sont bavards. Ils sont assommants. Ils sont têtus. Bref, ils sont vivants. Et de ce fait lui causent bien des problèmes. Nicodème n'a jamais un contrôle intégral sur leur personne. Ils peuvent agir en sa défaveur. Ils peuvent ne pas l'aimer. Ils peuvent être tellement stupides qu'ils en deviennent inutiles, et c'est à lui de le remarquer avant d'utiliser son pouvoir. Car il lui est très difficile de reprendre ce qu'il a donné. Non seulement d'un point de vue éthique, la chose poussant parfois des cris déchirants, mais aussi par rapport à son propre pouvoir. La colère ou la peur le décuple; à ce moment il peut aussi bien animer quelque chose inconsciemment qu'arrêter autre chose, cette fois totalement lucide. Mais cela le fatigue, et lui est très désagréable.
Autre chose : Nicodème ne peut pas ramener quelqu'un à la vie. Quelque chose, c'est encore possible, même si ça n'a pas ensuite de très bonnes dispositions envers lui. Mais un animal, un végétal et encore moins un être humain, même s'il se sacrifiait, ça ne durerait pas. Il peut en effet ranimer un mort... à peine une dizaine de secondes. Et il faut que le corps soit encore chaud. Sans compter que c'est pour lui horriblement dangereux et douloureux, la porte est grande ouverte sur le passage du suicide ou de la folie. Donc, non.
Enfin, dans les cas les plus courants, son don ne le fatigue pas, à moins d'une utilisation intensive de plusieurs heures. Mais ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de répercussions sur sa personne. Il est jeune, énergique, et fait des cures de sommeil. Plus il utilise son pouvoir, plus son espérance de vie diminue, ce qu'il n'ignore pas. Mais il a encore une quinzaine d'années devant lui, enfin si on ne le tue pas avant...

Extérieurement




[*] Description physique
: Il aurait vraiment aimé être un peu plus grand. Et plus musclé aussi. Et tant qu'on y est, un peu moins pâle. Pour autant, ça ne l'empêche pas de vivre. Pas très bien nourri, il est un peu trop mince, avec des hanches étroites, ce qui le fait paraître d'une taille supérieure à la réalité. C'est à peu près le seul avantage de la situation.
Malgré sa faim quasi-permanente, il dégage une grande énergie, entretenant une relation quasi-passionnée avec l'existence. Même en observant l'immobilité la plus complète, il paraît plus réel que la majorité des gens qui l'entourent. Ce n'est pas un garçon hyperactif, il manque même parfois de rapidité; pourtant personne ne pourrait le qualifier de mou. Sans doute parce qu'il semble toujours garder une conscience aigüe de la situation. Sauf quand il dort, bien entendu, mais on peut difficilement le lui reprocher... Surtout qu'il ne dort pas souvent. Enfin, pas aussi souvent qu'il le devrait. En fait, il préfère attendre de s'écrouler sur place plutôt que de gâcher son temps en cherchant le sommeil. Du moins, c'est ce qu'il prétend.
Ceci explique les cernes fréquentes sur son visage, particulièrement faciles à remarquer du fait de son teint trop pâle. Presque maladif. Le genre de truc inquiétant qu'on préférerait ne pas voir se refléter dans la glace. Mais ça a toujours été le cas, et le jeune homme n'y prête plus attention depuis longtemps. Après tout, au bout d'un certain temps, les traits de votre visage vous deviennent familiers, n'est-ce pas ? Ben c'est pareil pour lui. Son menton ovale, ses lèvres fines découvrant des dents un peu pointues, son nez de rongeur, ses yeux d'un gris changeant qui sont étrangement munis d'une excellente vision nocturne, jusqu'à son épaisse masse capillaire assortie à sa couleur de peau, il y est tellement habitué...

[*] Manière de s'habiller
: Il n'a rien contre les vêtements de couleurs vives, trouve qu'elles vont très bien aux autres, mais pour lui... ça lui donne l'air d'un clown. Il péfère les choses plus sobres, ayant été surnommé le "mister black and white" de son année... Il porte plus facilement des jeans serrés que des baggys ou des pantalons de jogging, ne se sentant pas du tout crédible avec. T-shirts de groupes de rock, chemises noires, mitaines en hiver, et un blouson en cuir dont il est très fier constituent sa garde-robe. Il ne possède que deux paires de chaussures, ses vieilles converses datant du lycée, et d'énormes chaussures de sécurité volées dans un magasin ressemblant étrangement aux surplus de l'armée, qu'il n'a jamais revu depuis.
Nombre de piercings : une boucle d'oreille du côté droit.
Tatouages : rien de visible.

Intérieurement



[*] Description psychologique
: Bon, vous l'aurez peut-être compris, Nicodème est un flambeur. L'économie, qu'elle soit de temps, d'énergie ou de parole, il ne connaît pas. Ou plutôt, il trouve cela totalement stupide. Pour autant, il ne fait jamais de remarque sur la façon de faire des autres, à moins qu'on ne cesse de critiquer la sienne. Monsieur a tout de même son orgueil, et lui faire admettre qu'il a tort serait un exploit. Il sait jouer sur les mots pour tourner une situation à son avantage ou travestir la vérité, c'est devenu un réflexe. On lui a tellement asséné qu'il était marié à la mauvaise foi qu'il ne cherche même plus à se corriger. Mais il y tellement de choses qu'il détesterait dévoiler que ses justifications en deviennent tordues. Preuve d'un certain manque de maturité, car il lui serait parfaitement possible de se taire au lieu de chercher à avoir le dernier mot... Mais là, vous commencez à l'ennuyer, pour rester poli. Et Nicodème est passé maître dans l'art de renvoyer les pseudos-psychologues et les donneurs de leçon dans leurs cordes. Il n'en éprouve aucune culpabilité. Il faut avouer que lorsqu'on a passé plus de la moitié de sa vie à parlementer avec tous les objets de son appart sur des sujets aussi variés que son alimentation, sa coiffure et ses leçons de mathématiques, on acquiert un solide sens de la répartie.
Sans compter son sens de l'opposition, attitude sans doute puérile, mais qui pour lui tient de la préservation. Comme tout un chacun, il déteste se faire manipuler. Il ne verse pas non plus dans le manichéisme et la constestation de principe, du genre "élections, pièges à cons". Non, très peu pour lui. Sagement, il ne cherchera pas à détruire les convictions ou les principes des gens, mais refuse catégoriquement qu'on les lui applique. Pour autant, quand il est convaincu par quelque chose, il s'y impliquera totalement, on pourrait même dire héroïquement. Et ça, ce n'est pas forcément bon pour l'esprit critique qu'il cultive par ailleurs... Tout être humain a ses contradictions, n'est-ce pas ?
Il tient en général ses promesses, est plutôt loyal, mais ce n'est pas non plus un modèle de ce côté là... Détestant se trouver au pied du mur, c'est pourtant dans ces conditions qu'il est le plus brillant. Et le plus désagréable avec celui l'ayant acculé...
Pour le reste, il a plutôt bon caractère, attentif à ceux qui lui adresse la parole et jamais méprisant. Sachant faire preuve de diplomatie, il est plutôt doué pour convaincre les gens et les choses d'abonder en son sens. Parfois, il se dit que pour que tant d'objets acceptent de l'aider, il ne doit pas être si désagréable. Mais ce genre de confiance va dans les deux sens...
Il possède également une philosophie assez étrange, pouvant parfois être de mauvaise humeur sans raison affichée, mais les ennuis du quotidien qui rendent tout le monde chèvre, l'ascenseur en panne avec les packs d'eau à monter jusqu'au 7ème étage suivi de la réalisation, arrivé en haut, que les clefs ont été oubliées dans la voiture sur le parking par exemple, et bien là, ça le ferait plutôt rire, même quand il est la victime. Il a une certaine tendance à aimer les situations absurdes et on l'a parfois qualifié de "stoïque" même s'il n'est pas tout à fait d'accord avec cet adjectif...


Goûts Culinaires : Vous savez, quand on crève de faim, on n'est pas difficile...
Goûts Musicaux : En règle générale, le rock.

[*] Relations avec les autres
: Il sait se faire aimer, et rendre service sans rechigner. Son plus gros défaut est de vouloir consacrer du temps à tout le monde, et il peut s'attacher un peu trop à certains objets.
Nombres de relations amoureuses sérieuses : Aucune même si c'est un peu déprimant à avouer... Il est sorti assez longtemps avec une jeune fille avant de réaliser qu'aucun des deux n'était amoureux de l'autre, et qu'ils se facilitaient juste la vie. Il a eu quelques relations avec des garçons, mais aucun des deux intéressés ne s'est jamais pris la tête à ce sujet.


Dernière édition par Nicodème Marshall le Jeu 9 Oct - 12:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicodème Marshall
Pion
avatar

Nombre de messages : 8
Clan : La Sphère
Date d'inscription : 03/10/2008

Zone mutant
Nom de code:
Humeur:
10/10  (10/10)
Calpin:

MessageSujet: Re: Nicodème Marshall   Lun 6 Oct - 13:44

Histoire



L'enfance de Nicodème s'est déroulée dans une famille somme toute banale, et qui tenait à le rester. Sa naissance ne fut pas un évènement, après tout, il avait déjà une soeur, et ses parents frôlaient l'âge limite pour un deuxième, d'après les sondages. Tous leurs amis étaient aussi mariés, parents, avaient un chien, un espace et même des jumeaux pour certains, beaucoup se trompaient mutuellement, mais il leur restait encore une dizaine d'années à attendre avant de pouvoir divorcer sans provoquer de scandale. Chez Nicodème, il n'y avait pas de chien, parce que leur père souffrait d'une allergie aux poils d'animeux. Pour compenser, ils avaient DEUX télévisions. Ils avaient acheté la seconde après la semaine de manifestation des enfants pour avoir un animal de compagnie, espérant les contenter. L'aînée en fut ravie et oublia quasi-instantanément ses revendications, mais Nicodème se sentit soudain très seul. Comme il l'expliquera plus tard, il n'attendait rien de plus qu'un poisson rouge, mais c'était sans doute déjà trop demander.

De petites déconvenues en grosses déceptions, il comprit assez vite que les seules surprises de la famille, ça serait lui qui les causerait. En effet, Nicodème a toujours un peu inquiété ses parents. Un peu excentrique, avec des obsessions étranges, la manie de parler tout seul, les yeux pleins d'espoirs qu'il posait parfois, quoique de plus en plus rarement, sur ses géniteurs aux prises avec une routine qu'il ne soupçonnaient même pas, et surtout, beaucoup trop sentimental. Du genre à hurler lorsqu'on jetait un objet usé à la poubelle, et à aller le récupérer dès que l'adulte tournait le dos. C'était encore pire avec ses propres jouets, et contrairement à ce qu'on aurait pu croire, ça ne passa pas avec l'âge. Problème plus important, le garçon ne cessait de se mettre en danger, s'asseyant au mileu de la route, s'arrêtant volontairement de respirer en pleine scéance de piscine, ou, décidant d'escalader la cathédrale pour ne pas avoir à emprunter l'escalier.

À ces instants ou à d'autres moments, il avait tendance à raconter des histoires à priori invraisemblables pour expliquer son geste, ce qui doublait la punition, mais le laissait de marbre. Traîné de force chez un psychologue, l'homme le trouva mignon et vif d'esprit, et préconisa des calmants aux parents inquiets, tout en riant sous cape, le garçon lui ayant raconté qu'il essayait désespérément de leur faire faire quelque chose d'original, mais qu'ils l'avaiennt pour l'instant toujours déçu. Cela peut sembler assez dur comme jugement, surtout de la part d'un gamin, mais à force de se sentir étranger à sa propre famille, il commençait vraiment à s'ennuyer. Alors, il chercha des distractions chez les autres. Les gens différents de sa famille. Il n'était pas rejeté chez les enfants de son âge, mais ils le trouvaient quand même un peu étrange, et ce ne fut pas l'un d'eux qu'il choisit comme ami, mais un groupe d'anciens combattants qui se réunissait spontanément deux fois par semaine dans le bistrot du coin. Ces gens ne se moquaient pas de lui, ils se contentaient de lui parler comme s'il était des leurs, et ça lui plaisait bien.

Evidemment, ça plût beaucoup moins aux parents, que quelques voisins avaient prévenus (sans expliquer ce qu'eux-même faisaient à traîner dans les bars à l'heure où ils auraient dû pointer au bureau). Ramené de force à la maison, ils lui firent jurer de ne plus adresser la parole aux messieurs qui lui proposaient un bonbon, leçon qui étonna fort leur fils car en général, c'était lui qui adressait la parole aux gens. Mias enfin il promit, en garçon obéissant qu'il était, et expliqua au curé de sa paroisse que ça le chagrinait fort, mais que les biscuits devaient être au même niveau que les bonbons dans l'esprit de son père, et qu'il devrait donc renoncer à la communion s'il était obligé de manger de l'hostie. L'homme rit, et prit l'habitude de discuter avec lui lorsqu'il le rencontrait. C'était une éminence en matière de dessins animés, et il ne refusait jamais une partie de cartes, malgré les froncements de sourcils de ses ouailles, dont Nicodème ne faisait pas vraiment partie.
Comme on le voit, le garçon ne souffrait pas réellement de la solitude. Il savait également s'amuser seul, et lorsqu'il n'avait personne à qui parler ou se plaindre, il le faisait à haute voix.

Il lui avait toujours semblé qu'on lui répondait, et trouvait ça parfaitement normal. Ce n'est qu'à l'adolescence qu'il commença à se poser des questions, voyant que pour le commun des mortels, un objet n'était pas vivant, ne bougeait pas, ne parlait pas. Ses cours d'S.V.T. étaient formels. Sa réalité, beaucoup moins. Il aurait pu se croire fou, mais cela aurait beaucoup vexé ses compagnons de jeu. Car, plus il grandissait, plus des choses vivantes et qui n'auraient pas du l'être, fleurissaient autrour de lui. Il finit par comprendre que c'était de sa faute, et qu'il avait tout intérêt à faire attention à ce qu'on ne le découvre pas à en croire tous les livres et les films sur les gens avec des pouvoirs bizarres qu'il avait pu trouver.

C'était le meilleur client de la médiathèque de sa ville, en tout cas le plus assidu. Il avait sauté son CE1 et sauta ensuite la cinquième, lubie de sa mère qui ne manqua pas de s'en vanter par la suite. Nicodème en resta assez indifférent. Il n'avait pas de problème pour suivre, et ses camarades l'aimaient bien, sans doute parce qu'il parlait à n'importe qui. Sa soeur se plaignait parfois de ce travers le faisait taper la causette au moindre clochard se trouvant sur sa route, et devant témoins. Elle n'avait pas à cette époque -et Nicodème doute que ça ait changé par la suite- un sens de l'humour très développé. Ses parents non plus, et lorsqu'ils fouillaient sa chambre pendant son absence, ils n'étaiant pas particulièrement ravis. Heureusement pour eux que Nicodème n'avait jamais tenu de journal intime, sinon ils auraient été consternés. Mais enfin, ils en prirent leur parti. Leur fils était visiblement un dévoyé, ses lectures dangereusement subversives, et que dire de ses groupes préférés ?

Mais ils trouvèrent la solution. C'était la crise d'adolescence, bien entendu. Sa tante s'était conduite à l'identique à son époque. Le père ommit de mentionner que sa soeur avait perdu son droit à comparaître dans son foyer le jour où elle avait épousé cet africain réfugié politique qui avait probablement déjà trois femmes et une tripotée d'enfants dans un quelqconque village du Burkina Faso... (affirmation tout à fait mensongère, mais personne n'avait prit la peine de le détromper). Donc, c'était parfaitement normal. Tout allait pour le mieux, dans le meilleur des mondes. Et la mère de Nicodème prit une décision, alors qu'il finissait la première et sa soeur Ophélie paniquait pour son bac. Elle partit.

Ce fut un véritable scandale, un tsunami familial, un excellent sujet de ragots pour les voisins, qui lançaient des regards consternés aux deux adolescents et des paroles pleines de commisération à leur père. Père qui oscillait entre le furieux et le désespéré. Elle avait un amant, bien sûr, mais enfin, lui avait eu un grand nombre de maîtresses, et n'avait pas abandonné sa famille pour autant !!! Car c'est ainsi que lui et sa fille le vivaient, comme un abandon, une trahison. Ils la blamèrent de toute leur âme, sans lui laisser une chance de se défendre. Ce serait de sa faute si sa fille ratait son examen. Elle ne rata en réalité que la mention, et s'engagea dans des études d'infirmière, au grand étonnement de son frère qui n'aurait pas aimé être à la place de ses futurs patients. Mais on ne lui avait pas demandé son avis. Pourtant...

Il était bien le seul que le geste de sa mère avait ravi. Bien sûr, il avait eu un peu de mal à le réaliser, et il aurait stupidement aimé qu'elle le prévienne, mais au fond, il se sentait euphorique. Pendant des années, il avait espéré qu'un membre de son entourage fasse enfin quelque chose d'un peu fou, un truc qui tienne vraiment à coeur, et soirées barbecue après repas de famille, il avait pu les observer tous, protégés de tout sentiment nouveau, de toute idée capable de les sortir de la torpeur familière dans laquelle ils dérivaient... Ca l'avait mis en rage, sans qu'il ne le laisse jamais paraître, toute cette vie gâchée. Il avait longtemps guetté un signe montrant qu'il n'était pas le seul à s'en être rendu compte, et il avait presque cessé d'espérer quand sa mère avait agit. Ils n'avaient jamais été particulièrement proches, et il savait qu'il ne comprendrait peut-être jamais ses raisons, mais il ne pouvait s'empêcher d'être fier d'elle. C'était bien le seul.

Assez exaspéré par l'attitude intolérante de ceux qui partageaient son sang, sa nourriture et son toît comme son père le rappelait parfois, il profita de son admission en Lettres Sup' pour vivre dans une ville plus grande, en collocation avec une demoiselle dont il avait été le petit ami pendant quelques mois, avant de laisser tomber l'idée. Il se fit rapidement d'autres amis, et s'arrangeait pour rentrer le moins possible chez son père, persuadé qu'il n'arriverait à rien avec ses études -et ce style de vie. Nicodème ne saura sans doute jamais s'il avait raison.

Alors qu'il était en deuxième année, ses chaussures lui apprirent qu'il était suivi. Il pensa tout d'abord qu'elles étaient paranoïaques, mais elles insistèrent, arguant que lorsqu'il discutaity avec ses amis, il ne prêtant plus attention à la foule, et qu'elles étaient aux premières loges pour le remarquer. Le jour suivant, et tous les jours d'après, il ouvrit l'oeil, remarquant en effet un gars, genre ancien militaire ou fan de Barthez -bien que la mode se soit peu à peu éteinte- qui surgissait dans son champ de vision aux moments les plus incongrus. Pendant sa peuse déjeuner, alors qu'il s'était endormi dans l'amphithéâtre - si son voisin ne l'avait pas réveillé alors que la salle était pratiquement déserte, il était quasiment persuadé que l'autre serait venu le voir, il approchait déjà. Il le croisait aux toilettes, levait les yeux sur sa silhouette en pleine partie de billard, et lui tendit même un tract à l'occasion d'une manifestation quelconque. Bizarrement, l'homme ne le fuyait pas, ne s'impatientait pas, avec l'assurance tranquille qu'il parviendrait bien à ses fins. Et Nicodème avait de plus en plus l'impression d'être en retard à un rendez-vous important.

Il tenta de prendre conseil, mais reçut des avis si contradictoires qu'il se trouva encore plus incertain quant à la conduite à suivre. Aller voir la police, c'était impensable. Aller voir l'homme, ça semblait stupide. Mais ne rien faire ne lui convenait pas. Il commençait à être lassé de toujours surveiller ses arrières, d'entendre son briquet paniquer à chaque fois qu'il se grillait une cigarette, de supporter les grossiers jurons que ses chaussures adressaient à voix basse à l'importun, et de rassurer continuellement sa bouilloire sur son état de santé. Il finit tout simplement par s'asseoir dans l'endroit le plus isolé qu'il put, et à attendre. L'homme vint s'asseoir à ses côtés. Il y eut sans doute quelques paroles échangées, mais le jeune homme n'en a plus qu'un souvenir vague. Il sait qu'un autre homme les a rapidement rejoint, peut-être prévenu par l'autre, et il se souvient parfaitement de son visage, du cri d'avertissement de sa chaussure droite, et puis le noir.

La première chose qu'il fit en se réveillant, c'est de se baffer, puisque personne n'était plus là pour le faire. La seconde fut de se maudire doublement. Sa tête était lourde et beaucoup trop douloureuse, sa langue pâteuse, et il ne put s'empêcher de régurgiter la choucroute de midi. Il partit ensuite vers les bâtiments grisâtres qu'il apercevait, trouver quelqu'un qui puisse lui expliquer où il se trouvait, qu'il puisse rentrer chez lui. Explication prise, ça risquait d'être difficile pour l'instant. Pas abattu pour autant, il commença à arpenter son nouveau monde, pour y chercher une faille, n'importe quoi.

Quelques jours plus tard, un gardien de l'enfer, trois prostitués des deux sexes, un certain nombre de brutes épaisses, un joueur névrosé compulsif ayant tendance à enflammer les cartes lorsqu'il perdait, deux jeunes femmes à la peau jaune vif communicant par piaillements et trois chats débusqués, il se résolut à être aussi coincé que les autres. Hébergé chez le grilleur de cartes pour service rendu, il commença à faire des boulots à droite à gauche, utilisant son don pour se faciliter la tâche, et son esprit pour comprendre les règles du jeu. Il dû les comprendre particulièrement bien, car il fut convoqué dans un bar nommé la Flamme Bleue, et en ressortit en un seul morceau., mais avec un mal de crâne monumental, ayant passé sa soirée expliquer qu'il ne pouvait ramener personne à la vie. Malgré tout, ils décidèrent que son pouvoir les intéressait quand même. Résolu à se faire désormais un peu plus discret, il commença à travailler pour la Sphère, ce qui eut le mérite de régler une bonne partie de ses problèmes d'argent. Il a toujours exectuté son boulot en temps et en heure, malgré les méandres pris pour arriver au résultat, et malgré le dégoû que ça lui inspire. Récemment, il a récupéré un appartement pour lui tout seul dans une résidence de luxe, et il ne veut pas savoir pourquoi.


[*] Hors jeu


Comment avez-vous découvert le forum ? Un top-site je crois...
Ce qui vous a attiré ? La façon dont était racontée l'histoire, le concept, le fait que l'intrigue soit très développée...
Commentaire(s) : Euh... j'ai mis un peu de temps pour finir ma fiche, donc... désolé, et puis il doit rester des fautes d'orthographe, je sens que je vais hurler quand je vais me relire... Voilà, sinon j'espère que j'ai pas fait une bourde monumentale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murphy Harkness
Croupier(ère) au Golden Palace
avatar

Féminin
Nombre de messages : 475
Pouvoir : Aucun
Clan : Autres
Date d'inscription : 27/04/2008

Zone mutant
Nom de code:
Humeur:
7/10  (7/10)
Calpin:

MessageSujet: Re: Nicodème Marshall   Jeu 9 Oct - 8:22

Merci Firefox qui vient de me planter en plaine face et à mon intelligence qui s'est trompé et qui a choisis "Démarrer une nouvelle session".

Je disais donc que j'espère que tu n,as pas terminé ta fiche depuis longtemps parce que je vais me sentir mal de t'avoir fait attendre longtemps. Pour ce qui est des fautes, j'ai plus l'impression que c'est de l'inversement de lettre que des fautes de grammaire ou de conjugaison, alors... Pour ce qui est de la fiche, j'adore le personnage. J'ai vraiment hâte de le voir en action, alors pour ce faire, je vais devoir te validé, mais je le fais avec grand plaisir. Par contre, il faudrait que tu héberge ton avatar sur un site comme imageshack ou serimg. Quand on utilise "Envoyer l'Avatar depuis votre ordinateur", la taille change. L'avatar devient de taille 120*200, tandis que la minimum est de 150*250.

Quoi qu'il en soit...

Fiche validée !
Bienvenue à toi !


PS : Je vais mettre ton rang plus tard. Faut que je trouve un truc qui va bien coller.

_________________
Hello !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elseworld.forumsactifs.com
Nicodème Marshall
Pion
avatar

Nombre de messages : 8
Clan : La Sphère
Date d'inscription : 03/10/2008

Zone mutant
Nom de code:
Humeur:
10/10  (10/10)
Calpin:

MessageSujet: Re: Nicodème Marshall   Jeu 9 Oct - 12:51

Merci de m'avoir validé !!!

Et non, ça ne fait pas très longtemps que la fiche est achevée... Heureux que Nicodème te plaise ^^

Pour l'avatar... je m'étais un peu emmêlé les pinceaux avec Servimg mais je crois que c'est bon maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murphy Harkness
Croupier(ère) au Golden Palace
avatar

Féminin
Nombre de messages : 475
Pouvoir : Aucun
Clan : Autres
Date d'inscription : 27/04/2008

Zone mutant
Nom de code:
Humeur:
7/10  (7/10)
Calpin:

MessageSujet: Re: Nicodème Marshall   Ven 10 Oct - 9:02

Et bien vu que l'avatar n'est plus tout rikiki, je crois que c'est bon ^0^

_________________
Hello !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elseworld.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nicodème Marshall   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicodème Marshall
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
» Un plan Marshall pour Haiti
» Aliénore S. Marshall, I'm an asocials girl [Finis !!]
» (f) loup-garou - Hayley Marshall
» PLAN MARSHALL POUR HAÏTI, MON PROPOS.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Else World :: Administration :: Registre des Habitants :: ♦ La Sphère-
Sauter vers: