The Else World


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RedHood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RedHood

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Clan : La Secte Rouge
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: RedHood   Mar 22 Juil - 7:28

Nobody said it was easy...Really ?


Information Personnelle

    Nom : Haley Stevens
    Prénom : Charlie

    Âge : 14 ans
    Date de naissance : 15 janvier 1994
    Groupe Sanguin : A+

    Sexe : Féminin
    Nationalité : Australienne
    Langue(s) parlée(s) : Anglais

    Clan : La Sphère
    Emploi: Je fais souvent des petits boulots tout simple. En fait, je suis presque le coursier de la Sphère. Pas très gratifiant, mais il faut bien commencer quelque part.

    Voix : Vous connaissez la chanteuse américaine Norah Jones ? Si la réponse est non et bien tant pis pour vous car ma voix ressemble assez beaucoup à la sienne.
    Parfum :Un parfum très florale, mais à la fois très doux.
    Objet Fétiche : Je crois que je ne possède rien dont je ne pourrais me séparer.
    Chiffre chanceux : C'est des conneries tout cela.
    Alcool : De temps en temps, oui.
    Drogues et cigarettes : Non, enfin pas pour le moment, mais ça peut venir.
    Couleur préférée : Je n'ai pas de couleurs préféré à proprement dit. Disons simplement que j\'ai une préférence pour les couleurs chaudes.
    Saison détestée : Je les déteste toutes, alors ça règle le problème.
    Le pouvoir qu'il aurait voulu posséder : Le mien me convient bien, mais je dois avouer que j\'aurais aimé posséder le pouvoir de tout plonger dans le néant, pour mon simple bonheur.
    Ne s\'ennuie pas de : Mes parents. Je crois qu'arriver ici est la meilleure chose qui aurait pu m\'arriver.
    Hobbie(s) :
    Maladie(s) : Je ne crois pas que j\'aille une quelconque maladie.


Pouvoir

    Nom de Code: RedHood
    Description du pouvoir : Étrangement, mon nom de code n’a rien a voir avec mon pouvoir. Mon nom de code, Je l'ai eu bien avant de savoir que j'avais ce pouvoir, mais comme j'aimais beaucoup RedHood, Je l'ai gardé. Et puis, me trouver un nom de code qui n'était pas complètement débile à cause de mon pouvoir ? Pas facile, alors j'ai bien choisi.

    Force(s) :
    Faiblesse(s):


Extérieurement

    Description physique :
    Manière de s\'habiller :
    Nombre de piercings : Un, à chaque oreille, mais j'ai une fille envie d\'en avoir d\'autres. Je vais peut-être me laisser tenter bientôt.
    Tatouages : Aucun, pour le moment.


Intérieurement

    Description psychologique : Vous savez, il y a parfois de ces personnes pour qui, malgré toute leur bonne volonté, tout va continuellement mal. C’est un peu comme cela pour RedHood. Malgré tous ses efforts, sa vie est loin d’être très reluisante, alors il arrive même un moment où l’on cesse de faire des efforts pour améliorer sa situation et on s’abandonne à son sort. Non, elle n’est pas comme cela. Malgré le fait que sa vie est loin de se passer comme elle pourrait en rêver, elle n’est pas le genre de petite idiote qui n’essaie pas de combattre le destin. Après tout, le destin n’existe pas. Tout arrive pour une raison. Il faut simplement identifier celle-ci pour avancer dans la vie. Il faut voir autrement qu’avec nos yeux.

    C’est une pensée qui semble peut-être bien sage, mais il s’agit simplement d’être un peu intelligent pour en arriver à cette conclusion. RedHood est loin d’être un modèle de sagesse, approchant plus d’une personne irascible, pour ne pas dire que c’est ce qu’elle est réellement. En plus de s’emporter rapidement, cette jeune femme fait aussi parfois preuve d’un certain cynisme, au grand malheur de ceux qui la côtoient, sans parler qu’il lui arrive parfois d’être arrogante. Il faut aussi ajouter qu’elle manque parfois d’empathie et de sympathie envers les autres, mais ce la ne fait pas automatiquement d’elle une mauvaise personne… du moins pas simplement cela.

    RedHood est très rusée et elle sait comment arriver à ses fins. Elle sait généralement ce qu’il faut pour ne pas faire, mais si le besoin se faire sentir, elle n’hésitera pas à transgresser les règles pour obtenir ce qu’elle veut. De nature manipulatrice et menteuse à souhait, on n’a souvent du mal à distinguer ce qui est vrai ou faux quand elle parle. Elle adore se moquer des faiblesses des autres, alors il faut parfois faire gaffe devant elle, surtout si l’on est un peu empoté. Quoi que, à niveau, elle n’aurait pas vraiment un mot à dire puisqu’elle est maladroite, faisait au moins un « accident » par jour. Mais bon, elle ne s’intéresse pas vraiment à la perception qu’on les autres d’elle, alors c’est peut-être un peu moins terrible.

    Elle aime les défis et elle parviendra sans doute à tous les résoudre, même si cela doit lui prendre un temps fou. Abandonner n’est pas une option pour elle, c’est même un évident signe de faiblesse. Elle a aussi du mal à croire ce que l’on lui dit, passant sans doute tout son temps à revérifier les informations qu’elle a reçu. Malgré tout ces défauts, elle n’est pas un si méchant et ignoble que cela. Oui, elle a du mal à nouer des relations avec les autres, sans doute trop indépendante, mais si elle trouve une personne sur qui elle peut compter, alors elle sera sans doute un peu plus gentille, du moins, sur quelques points. Après tout, une personne ne change pas du jour au lendemain, surtout si elle aime ce qu’elle est. Il faut tout de même savoir une autre chose avec cette jeune femme : elle discute souvent les ordres que l\'on lui donne, mais elle les exécute tout de même.


    Observation de Mr. Davis, directeur du camps 101


    Goûts Culinaires : J\'ai horreur de manger. Je ne suis pas anorexique, mais je n\'aime juste pas manger. Quand je bouffe un truc, c\'est quand mon estomac me fait signe et pas parce que ça a l'air beau ou bon. Ça n’a jamais l\'air bon.
    Goûts Musicaux : Je vais le dire juste une seule fois. Je ne suis pas très musique, alors inutile d\'insister.
    Relations avec les autres :Inexistantes ? Malgré son caractère, cela ne veut pas nécessairement dire qu’elle n’arrive pas à avoir une conversation avec les gens. Alors, elle arrive à avoir des relations avec les autres, même si celle-ci ne se passent pas toujours très bien. Elle est ouverte…du moins, tant que la personne n’est pas comme celles qu’elle déteste. On ne s’entend généralement pas très bien avec elle, mais elle deviendrait sans doute un peu plus gentille et chaleureuse avec quelques verres dans le nez. Mais il est vrai qu’elle n’est pas très commode comme personne, mais il y a toujours des gens qui viennent lui parler, parfois simplement pour venir vérifier ce que l’on dit sur elle. D’accord, elle a juste une petite réputation, mais, au moins elle, elle en a une.

    Par contre, pour ce qui est des personnes qu’elle connaît depuis plusieurs années ou alors qu’elle apprécie beaucoup, elle fait parfois quelques efforts pour être moins ignoble, mais le naturel revient bien souvent a galop. Pour ceux qui se demanderait pourquoi elle fait quand même des efforts, elle pourrait répondre très simplement que sans relation, il n’y a aucun moyen de pratiquer son cynisme, son irascibilité et tout ce qui fait d‘elle une RedHood. De plus, elle ajouterait que sans relation, on n\'a personne à exploiter, alors il faut bien faire quelques efforts pour arriver à nos fins.


    Observation de Mr. Brown, directeur-adjoint du camps 101


    Nombres de relations amoureuses sérieuses : Je ne sais pas si l'on peut dire que la relation que j'ai eu par le passé à été vraiment sérieuse, sachant que je n\'avais que 13 ans. On dit souvent qu'il n\'y a pas d\âge pour aimer pour tomber en amour, mais...


Dernière édition par RedHood le Lun 18 Aoû - 11:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RedHood

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Clan : La Secte Rouge
Date d'inscription : 20/07/2008

MessageSujet: Re: RedHood   Jeu 31 Juil - 10:31

Histoire



  • Vous connaissez l’histoire du Petit Chaperon Rouge ? Qui ne la connait pas ? Il y a plusieurs versions de ce conte, mais la plus connu reste sans doute celle des frères Grimm. Vous savez, l’histoire d’une petite fille qui traverse la forêt pour apporter une galette, un pot de beurre et de la confiture à sa grand-mère. En chemin, la fillette fait la rencontre d’un loup, qui la piège à la fin et la dévore elle et sa grand-mère. D’accord, dans cette version, le chasseur ouvre le ventre du loup pour les sauver, mais ça manque un tantinet de réaliste, donc j’en parle pas. C’est plus réalise un loup qui parle ? Hey, regardez où vous vous trouvez ! Quel est l’intérêt de raconter cette histoire ? Vu mon surnom, il serait très tentant de dire que je me prends pour le Petit Chaperon Rouge, mais… Vous avez vu le caractère que j’ai ou dans quel clan je me trouve. Une fille aussi idiote que celle-là ne pourrait pas me ressembler. En fait, je dirais que je suis plus comme le loup de cette histoire. Je veux bouffer tout le monde. Alors, répétez votre question. Ah oui ! Quel est l’intérêt de raconter cette histoire ? Et bien ne m’appeler jamais la petit Chaperon Rouge, car je ne suis pas comme elle. Moi, au moins, j’ai un cerveau.

    Je sais que bien des personnes doivent douter de la pertinence de raconter cela dans mon histoire, mais vous allez comprendre...ou peut-être pas, mais si vous ne comprenez pas, c'est peut-être vous le problème. Chiant comme réplique ? Et alors ?

    Je suis née le 15 janvier 1994, mais je n’ai jamais connu mes parents. En fait, je devrais sans doute dire que je n’ai jamais connu mes géniteurs. Ma mère a sans doute accouché de moi, signé les papiers qui lui enlevait tous les droits sur moi et elle est partie. Je devrais être triste de cela ? Je n’en ai rien n’à foutre. Je traite ma mère adoptive de grosse vache et me connaissant, j’aurais traité ma mère de la même manière. J’aurais peut-être été beaucoup plus méchante avec elle. Scarlet Haley et David Stevens ont décidé de m'adopter alors que je n'avais que deux jours. En fait, ça faisait des années qu'ils essayaient d'avoir un enfant, mais c'était sans résultat. Alors, ils ont pris l'option de l'adoption, mais pas international. Ils disaient qu'ils y avaient assez d'enfant en Australie qui avaient besoin d'une famille, alors pourquoi aller voir ailleurs ? Je dois leur donner cela. J'ai été nommé Charlie parce que. Bah, en fait, ça doit être simplement parce que. Ça m'a jamais intéressé de le savoir. J'ai eu une enfance bien banale, enfin, si je puis dire cela comme ça. Ma mère était hyper protectrice envers moi et elle exigeait presque que je porte un casque pour faire de la balançoire. Et mon père ? C'était...

    Et merde... Je me demande bien pourquoi je raconte cela. Il y a rien d'intéressant à raconter cette partie ou même mon histoire au grand complet. Quand on est ici, plus rien n'a d'importance, du moins plus rien de ce qui a été fait sur Terre. D'ailleurs, ce que je viens de commencer à raconter, c'est du gros n'importe quoi, sauf à quelques détails près. J'aurais pu continuer comme cela, mais j'aurais été forcé de raconter la vérité plus tard, ce qui m'aurait fait perdre trop de temps, alors allons y avec la vérité. Petite parenthèse. Vous comprenez maintenant l'histoire avec le loup et le Petit Chaperon Rouge ?

    Je suis bien née le 15 janvier 1994, mais je n'ai pas été adopté. Mon mère, qui en passant, se fait vraiment traiter de grosse vache par ma personne, était terriblement heureuse d'être enceinte et d'accoucher d'une petite fille. Elle ne se nommait pas Scarlet Haley, mais bien Nathalie Haley. Ce nom doit dire en fait rien n'a personne, mais si je dis Emilie Thomas... Là, c'est une autre histoire, pas vrai. Et oui, je suis la fille de l'écrivaine Emilie. Elle n'a jamais voulu écrire sous son véritable nom, pour préserver son intimité. Que ferait les gens s'il voyait l'auteur de "MoonLight Story", "Paper Doll" ou bien de "Really ?" ? Pour ce qui est de mon père ? Stevens... Stevens... Ça vous dit de quoi, non ? Will Stevens. Un point pour la première personne qui a dit qu'il était un des meilleurs pilotes de Nascar. Avec de tels parents, il est étonnant de voir comment je suis devenue. Vraiment ? Personnellement, je cois que plus les parents sont friqués et plus les enfants ont tendances à mal tourner. Mais bon, c'est un avis personnel.Ça me fait penser que je suis bel et bien née en Australie, mais je connais la raison pourquoi je me nomme Charlie. Mes parents appréciaient simplement celui-ci. Ils étaient au courant que ça faisait un peu masculin, mais ils aimaient bien quand même. Et puis, ça m'a empêché de me faire nommer Tara, Mia ou, prénom que je trouve absolument horrible, Franny.

    Je n'ai jamais été le petit ange que mes parents auraient espéré avoir. Dès mon plus jeune âge, j'ai montré que j'avais du caractère, un langage grossier et que je n’avais rien à faire des règles et limites que l'on m'imposait. Je sais, ça n'a rien de très nouveau. Je n'étais pas le seul enfant qui était comme cela. Ce n'est pas pour rien qu'il y a tant de maison ou d'école de redressement.

    Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l'impression que la suite s'en vient très prévisible. J'ai été admis dans une de ces écoles pour les jeunes récalcitrant et c'est là que j'ai découvert me pouvoir. Peu de temps après, je me suis fait envoyer ici et voilà. Je déteste ce qui est prévisible et pourtant c'est le cas, sauf que je peux agrémenter ceci avec des détails. Ah, les détails, on les adore ou pas, selon les personnes.

    En fait, je viens de dire école de redressement, mais il s'agissait en fait d'un camp d'été. J'étais encore trop jeune pour ce genre d'école. Il fallait avoir minimum douze ans et j'en avais que onze. Vous savez, mon mère était écrivaine et je ne doute pas du fait qu'elle doit l'être encore. Quoi qu'il en soit, elle m'avait raconté une belle histoire autour de ce camp de vacance. Aujourd'hui, je n’arrive pas à croire que je me suis laissée berner, surtout que je savais qu'ils n'en pouvaient plus de mon comportement, mais elle semblait si sérieuse que. Bah oui, j'y ai cru à ce merveilleux camp. J'ai été si naïve, mais il m'a quand même apporté de bonnes choses.

    Quand me suis-je rendu compte que ce merveilleux camp n'était pas aussi merveilleux que cela ? Je suis loin d'être la fille la plus intelligente, on se met d'accord sur cela. Par contre, je ne suis quand même pas idiote. Je l'ai réalisé dès l'instant où mes yeux se sont posés sur le directeur, mais il était trop tard pour reculer. Et puis, qu'est que j'aurais pu faire d'autre. À onze ans, on n'avait pas beaucoup d'option et je crois que je m'étais dit que malgré que le camp n'était pas ce à quoi je m'attendais, il y avait toujours moyen de s'amuser un peu. Oui, ces gens devaient en avoir vu passer des jeunes comme moi, mais il ne savait pas ce que j'avais en plus, quoi que moi non plus au début de cette aventure, mais ce n’était pas pour autant que je n'allais pas m'amuser dans le camps 101.

    Durant les premiers jours, je me suis tenue tranquille, observant ce qui se passait. Je dois dire que j'ai eu assez de mal à ne pas m'emporter, à ne pas insulter tout le monde, mais j'y suis presque arrivé. Un vieux con, ça sort si facilement et si naturellement. D'ailleurs, parlant de naturel, le mien à finit par rapidement revenir et j'en suis revenue à mes anciennes habitudes. Par contre, contrairement aux autres jeunes, j'ai fini par remarquer que plusieurs personnes nous regardaient continuellement, notamment le directeur Davis et son adjoint Brown. Ils prenaient des notes, beaucoup de notes, choses que je trouvais un peu étrange dans un camp de redressement, mais... Mais peut-être que c'était normal, sauf que ça m'agaçait.

    Après deux mois dans ce trou à rats où il s'en était passé des choses, choses que je vais éviter de trop étaler pour les âmes sensibles, j'ai finit par en avoir mare de voir ces gens prendre ces fichus notes. Alors, je suis sortie de mon dortoir dans la plus grande discrétion. Personne pour surveiller ? À trois heures du matin, la fille qui était chargé de cela s'envoyait tout joyeusement en l'air avec le surveillant de la cabane neuf, derrière le buisson situé à côté des toilettes. Il n'aurait pas été préférable pour moi de ficher mon camp de cet endroit ? Si facile à dire, mais le camp était en plein désert il y avait des clôtures de 10 mètres de hauts avec du barbelé et tout était soigneusement gardé. Alors, personnellement, je préférais me faire chier un mois de plus dans cet endroit que de me faire bouffer par des vautours, une fois que je serais morte de déshydratation.

    Static, Star, Sunny... Mais aucun Stevens. C'était étrange. Cette classification, elle n'était pas normale. En fait, je e retrouvait rien ni personne dans ces dossiers. Il y avait Blue, Raven, BlackDown, Commander, mais aucune Missy Adams, Tanya Enderson, aucun Ryan Billy... Comment, oui comment nous étions classifié. C'était un peu comme si on nous avait donné un surnom. Non, ils nous en avaient donné un mais pourquoi ? Va savoir. Sauf que se retrouver là dedans, pas facile. Je ne pouvais pas me permettre de regarder chaque dossier un à un, alors j'avais simplement regardé les surnoms et... RedHood. Oui, c'était moi. Maintenant je me souvenais. Lors de mon arrivé, j'avais entendu un surveillant m’appeler comme cela, avant de se reprendre et de m'appeler Stevens. Sans plus rien attendre, j'ai ouvert le dossier et j'ai lu en diagonale. Ça faisait peur. Tant de détails sur moi, sur ce que je faisais. Après quelques minutes, j'ai tout refermé, soigneusement tout rangé à sa place et je suis retournée dans mon lit, dormir. Sauf que, Sauf que je ne me suis jamais endormi. Je ne faisais que repenser à tout ce que j'avais lu. À vrai dire, j'aurais sans doute pu tout retranscrire ce que j'avais lu, même si je n'avais pas tellement fait attention aux petits détails.

    Les jours ont passés et je devenais de plus en plus méfiante. J'avais finalement décidée de tout retranscrire ce que je me souvenais de mon dossier dans u petit calepin. Aussi étrange que cela puisse paraître, je me souvenais de tout, absolument de tout. Chaque mot avait sa place. Je n'avais même pas besoin de réfléchir. Les mots s'enchainaient à une vitesse folle. À vrai dire, je dois avouer que je trouvais cela très étrange sur le coup, mais je ne m'étais pas posé plus de questions. La mémoire photographique était une histoire un peu compliqué, alors je n'avais pas envie de me prendre la tête avec cela, dans un tel endroit. Sauf que, pour être franche, j'aurais du me poser des questions, mais si je l'aurais fait, la suite des choses auraient pu être bien différente. Et puis, je me disais que j'allais bientôt quitter cet endroit et retourner chez moi, me venger des mes stupides parents. Contrairement à certains enfants, on n'avait pas réussit à me mater. Dommage daddy and mommy !

    Sauf que... Sauf que deux jours avant de m'en aller de cet endroit, il s'en produit quelque chose de très inattendu. J'avais décidé de retourner dans le bureau de monsieur le directeur. Je voulais voir ce que ce salaud avait ajouté sur mon compte. J'avais déjà parcouru la moitié du chemin quand tout autour de moi était finalement devenu noir. Je ne voyais qu'une lumière blanche au loin. Dans ma tête, ça sonnait comme "Oh merde, un putain de nuage est venu couvrir la lune et merde, le directeur est encore dans son bureau". Au lieu de faire demi-tour, j'ai continué à avancer et mes pieds se sont pris dans quelque chose. Comme je n'y voyais rien, je suis tombée et une vive douleur est venue me prendre, avant que mes yeux ne se ferment sur cette noirceur.

    Peut-être que cette histoire de camps de redressement est totalement fausse. Peut-être même que je ne me nomme pas réellement Charlie Hayley Stevens. Peut-être que je viens encore de mentir en disant que j’allais dire la vérité, mais que voulez-vous. Je vous avais prévenu, je une petite menteuse. Peut-être aussi que cette histoire est en partie vrai et en partie fausse, mais la suite, le reste, ça, vous pouvez être certain que c’est la vérité. Si vous ne me croyez pas, demander au gens de confirmer ce que je vais dire. La vision des choses peut-être un peu différente, mais les choses sont les mêmes.

    Cela fait trois ans que je suis arrivée ici. Cela semble bien peu si l'on se fit à mon âge, mais je suis restée en vie bien plus longtemps que bien des personnes. Oui, je n'ai que quatorze ans, mais cela ne veut rien dire pour moi. Je me suis mieux débrouillée et je me débrouille mieux que n'importe qui. Je dois avouer que les choses ne vont pas toujours très bien pour moi, que j'ai parfois tendance à me mettre dans de sales draps, mais, ça a parfois des conséquences positives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
RedHood
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Valeera Redhood [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Else World :: Administration :: Registre des Habitants-
Sauter vers: